Map
Retour à la liste

L’Église Saint-Sulpice

Clocher église pour image centrale page présentation doc d'appel

 

 

 

 

 

 

 

Panneau 8- Visuel -2- Retable (1)

 

 

 

 

 

 

Ossé bourg

 

 

l’église de Ossé est dédiée à Saint Sulpice archevêque de Bourges en 624.

la première mention de la paroisse remonte en1347 année où est mentionnée dans une charte de Saint Melaine le nom du recteur d’alors, Jacques de Charot.

Avant sa reconstruction presque totale à la fin du 19ème siècle, l’église se composait d’une simple nef et d’un chœur à chevet droit, peut être du 16ème siècle auquel on ajouta au 17ème siècle deux chapelle de part et d’autre.

A la moitié du 19ème siècle l’église en très mauvais état doit subir quelques travaux:

-la suppression du vieux clocher au milieu de la nef

-la construction d’un nouveau clocher en façade

-la reconstruction d’une partie de la façade occidentale

la restauration de la chapelle dont l’appareillage de pierre commence à lézarder

Ces travaux vont nécessiter de passer commande auprès de différents corps d’artisanat:

-François Madiot peintre doreur sera chargé de peindre toutes les boiseries de la paroisse de Ossé ce qui inclut les statue et les peintures de l’autel entre autre.

-Mulot serrurier à Piré-sur-Seiche pour trois balustres en fer composées de barreaux rond qui orneront les trois autels de l’église.

-Marchand pour un projet de clocher, c’est son fils qui plus tardivement réalisera ces travaux à partir de 1853.

A la fin du 19ème siècle malgré ces premières strates de restauration, de plus gros travaux doivent être engagés à l’église, au vu de la vétusté de certaines parties du bâti.

Ces travaux engagent notamment un agrandissement partiel de l’église, ils débuteront au printemps 1986.

C’est Arthur Regnaut à qui appartient la lourde tâche d’accomplir cet agrandissement nécessaire, malgré de nombreuses contraintes. Il doit notamment conserver l’homogénéité du bâtiment. Il décidera par exemple de doubler le volume des chapelles existante seul recours à l’agrandissement.

Il faut également conserver l’ancien mobilier cité précédemment, à savoir les trois remarquables retables confectionnés pour l’église. Ainsi le monument devient écrin pour ce mobilier à sauvegarder. Dans les travaux envisagé, nuls piliers massifs ou encore de séparation, ils empêcheraient d’apprécier l’autel et le mobilier de l’église à leur juste valeur. Le résultat sera jugé d’une grande qualité. La nouvelle église pas tout à fait achevée est fut bénite le 25 juin 1899.

le saviez-vous?

Durant les travaux, une église provisoire fut installée dans une grange du presbytère!

 

le clocher

la forme remarquable, en bulbe, du clocher de l’église est à la fois originale et finalement assez rare on en retrouve un exemple non loin à Corps-Nuds ou encore à Saint Senoux. La charpente de celui ci a d’ailleurs fait l’objet d’une reproduction en bois  réaliser par la coterie Tempia compagnon passant charpentier du devoir bigourdan coeur vaillant.  Cette réalisation est d’ailleurs visible à l’espace d’accueil de la mairie de Ossé.

En 1931 une horloge fut installée dans le clocher par Gourdin célèbre horloger dans la Sarthe.

les retables

c’est au cours du 17ème siècle que le chœur et les chapelle se virent recevoir trois retables monumentaux que l’on peut encore admirer aujourd’hui. Composé de bois avec des peintures de faux marbre qui font parfaitement illusion et donne un caractère luxueux à ces mobiliers. deux sont situés dans les chapelles latérales de l’église (Chapelle de la Vierge et chapelle Saint Nicolas)

  • le retable de la Vierge

Ce retable de bois composé de plusieurs couleurs de style classique abrite une statue de Vierge à l’enfant. les retables en bois dans les petites communes rurales sont souvent l’œuvre de menuisiers locaux anonymes. on retrouve sur ce retable des colonnes corinthiennes imitation marbre mais aussi des dorures.

 

Le saviez vous?

L’église possédait jusqu’au milieu du 17ème siècle deux cloches anciennes l’une de 1482 fondue par R.Gallier et l’autre en 1704 par Monsieur Guillaume. En 1856 une commande st passé auprès de François Madiot, doreur Rennais de renom. Il s’agir de trois cloches en cuivre de Russie et en étain anglais. La plus ancienne de ces cloches qui subsiste est Elisabeth Louise. La masse totale de ces cloches avoisine les 2200 kilos!

Les vitraux

vitrail église

 

 

 

L’ensemble des vitraux a été mis en place à partir de 1899. On retrouve des thèmes comme:

-La mort de Saint Joseph et la fuite en Egypte

-La nativité

-la Cène et la Croix

-Le couronnement de la Vierge, le mariage de Marie et Joseph ainsi que l’apparition à Lourdes.

La stèle

la stèle accolée au mur Nord de l’église est entourée de mystère. Il s’agirait du seul souvenir de l’ancien cimetière de l’église déménagé en 1899. Il s’agit là d’hypothèse, tant la pierre est érodée par le temps et laisse ainsi, l’interprétation des différentes inscriptions gravées, complexe.

 

Le monument aux mort

 Ossé pendant la guerre

Ossé n’échappe pas à la mobilisation générale le 1 Aout 1914, les hommes en âge de combattre sont envoyés sur le front. Ils sont incorporés à des régiments partis de Vitré.

C’est à la demande du conseil municipal, en décembre 1920, qu’est décidé l’élévation d’un monument aux morts, rendant hommage aux disparus de la Première Guerre Mondiale (1914-1918).

L’inscription à nos morts glorieux traduit la reconnaissance des Osséens.

On trouve également une plaque recensant le nom de ces combattants dans l’église Saint-Sulpice.

sources: Marie Gâtelet René Verron-Septembre 2014

 

 

Map Aller là-bas