Map
Retour à la liste

L’église Saint-Martin-de-Tours

Une première église :
L’édifice se composait d’une nef terminée par un chevet droit et présentait au nord, une chapelle dont la construction était attribuée au seigneur du Gué.
Deux tableaux que l’on dit peint par le grand maître M. Le Brun étaient présentés dans l’église. L’Annonciation a disparu lors de la disparition de l’église et Saint-Pierre pleurant son péché se trouve désormais dans la sacristie de l’actuelle église.

Dans un enfeu fut inhumé, vers 1580, Mathurin du Gué, seigneur du Gué et de Servon, décédé en Anjou. Quand l’église fut démolie, on trouva près de l’autel, du côté nord, une châsse de plomb, dépourvue d’inscriptions, contenant les restes d’un homme.

Le 28 février 1868, M. Lagarde, inspecteur des bâtiments communaux déplore le mauvais état du bâtiment. Ainsi, il conseille la destruction puis reconstruction de l’église pour repartir sur de nouvelles bases solides.

Une nouvelle église :
Après de nombreux débats, la construction de la nouvelle église se fera sur l’emplacement de l’ancienne. Les travaux peuvent alors commencés et l’église actuelle est érigée en 1885 par l’entrepreneur Jean-Marie Huchet. Les premiers vitraux seront créés par M. Claudius Lavergne et ses fils, élève du célèbre peintre Jean-Dominique Ingres.
La pierre (pierre de Crazannes) utilisée pour construire l’intérieur de l’édifice provient des carrières situées en Charente-Maritime. Cette pierre légèrement ambrée a été exportée dans toute l’Europe (cathédrale de Cologne) jusqu’en Amérique (socle de la statue de la Liberté).
Les premiers vitraux seront créés par M. Claudius Lavergne et ses fils, élève du célèbre peintre Jean-Dominique Ingres.
Plusieurs architectes interviennent dans la décoration intérieure dans l’église dont M. Regnault, dont plusieurs réalisations se trouvent sur le territoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie :  PEROUAS Léon, Servon-sur-Vilaine, sur les sentiers de l’Histoire, 2006

Map Aller là-bas