Map
Retour à la liste

L’église Saint-Aubin


L’église de Saint-Aubin du Pavail a connu de nombreuses transformations au cours des siècles. L’un des faits marquants, le plus contemporain, restera l’effondrement de son clocher au début de l’année 1998.
Les dégâts dans l’église ont été impressionnants, tout comme la reconstruction.

 

 

 

 

 

 

 

Le mobilier de l’église comporte :

  • Une cloche très visible et qui sonne les heures. Elle porte également cette inscription :
    « L’AN 1732 JAY ESTEE NOMMEE THERESE PAR MESSIRE RENE JACQUES LOUIS LE PRESTRE CHEVAL[IE]R MARQUIS SEIGNEUR DE CHATEAUGIRON & DU BOISORCAN ET PAR DEMOISELLE THERESE PAULINNE LE PRESTRE DEMOISELLE DE CHATEAUGIRON ET BENIE PAR M[ISSI]RE OLIVIER ANDRE GESLIN RECTEUR DE CETTE PAROISSE.
  • Trois autres cloches du 19e siècle (1829, 1859, 1866)
    Une très belle orfèvrerie, venant surtout d’un grand atelier parisien, Martin, puis Martin-Dejean, dont deux ciboires, un calice et deux encensoirs.
  • TEn 1855, d’anciens fonds baptismaux sont remplacés par de nouveaux en marbre, dont le couvercle porte l’indication du fournisseur Mazères de Rennes. Les grilles de fer, elles étaient de Masson. Un bénitier en marbre avait été acheté en 1837 et le petit espace baptismal présente des arcades et un œil de bœuf.
  • Le confessionnal de 1870 est de tradition classique. L’ornement de la porte est en fonte et portait l’inscription « VADE IN PACE ». En 1872, celle-ci devient presque invisible lorsque la porte est peinte en faux-bois.
  • La chaire, du même style que le confessionnal, fut sans doute faite peu après celui-ci.
  • Deux armoires à bannière et deux grandes bannières (l’une de 1819 et l’autre de 1879) ont pu être conservées.
  • Le chemin de croix actuel, semblable à celui de Brécé (quadrilobes gothiques), est probablement de la fin du 19e siècle. Le précédent, néo-classique, était de 1841.
  • La crèche qui fut achetée en 1868.
  • Enfin, six vitraux furent réalisés par l’atelier Klein de Rennes, en 1965. Ils évoquent, semble-t-il, les astres du cosmos.

Sources : Abbé Roger Blot

Map Aller là-bas