Map
Retour à la liste

L’église Sainte-Marie-Madeleine place des Gâtes

L’histoire du site

Historique de la place des Gâtes

Place des gâtes

Place des gâtes

L’origine du nom de la place des Gâtes provient d’un terme en vieux français, « Gâté », qui signifie terrain vague. Il désigne ici le terrain vague utilisé au Moyen-âge comme champ de foire. C’est là où se situe encore actuellement le marché. En 1794, elle changea de nom pour devenir la place de la Liberté. A ce moment, se tient à Châteaugiron une grande fête patriotique célébrant (avec un peu de retard) la chute de la Royauté.

Afin de faciliter la communication avec la rue de la Madeleine, une nouvelle voie est percée en 1874. Le presbytère situé à proximité est élevé en 1877. C´est au sud de cette place que s´implante la nouvelle église paroissiale dédiée à Sainte Marie-Madeleine.

L’église Sainte Marie-Madeleine

La nouvelle église paroissiale

La place de l'Eglise, carte postale vers 1900 , Crédits A.P Duroudier

La place de l’Eglise, carte postale vers 1900 , Crédit A.P Duroudier

L’église Sainte Marie-Madeleine est construite sur la place des Gâtes entre 1862 et 1865, afin de devenir la nouvelle église paroissiale. Elle remplace alors la chapelle castrale, devenue trop exiguë pour accueillir tous les paroissiens. L’emplacement choisi est celui du jardin de l’ancien presbytère. Sur 23 propositions, celle retenue pour sa conception est la réalisation d’Aristide Tourneux, un architecte castelgirontais connu à l’époque pour sa conception de l’Hôtel-Dieu à Rennes.

Une église de style néogothique

Il dessine donc une église simple, de type néo-gothique. Ce style architectural est en vogue au 19ème siècle et remet au goût du jour les formes médiévales, en opposition au style classique dominant précédemment. L’église est conçue sur un plan en croix latine, et voûtée sur croisée d’ogives. Plusieurs matériaux sont utilisés : le moellon d’Amanlis et de Pont Péan pour le gros œuvre, le granit et la pierre de Caen et de Crazanne pour les contreforts et les ouvertures, la brique en plâtre pour les voûtes.

L’ajout du clocher de l’église au 20ème siècle

A l’époque, le manque de finances oblige Tourneux à arrêter la tour au niveau du clocher. Celui-ci sera ajouté en 1912, d’après les plans de l’architecte Arthur Régnault. De style néo-gothique, il a une galerie ouverte cantonnée de quatre clochetons, et une flèche en charpente recouverte d’ardoise et surmontée d’un coq. Ecroulé après une tempête en 1998, il sera reconstruit à l’identique en 2000 sous la direction de l’architecte Jean-Michel Germaine. L’église quant à elle a été entièrement rénovée entre 1981 et 1982.

Le mobilier de l’église Sainte Marie-Madeleine

Eglise Intérieur de l'église, photo fin 19e siècle, Crédits A.P Duroudier

Eglise Intérieur de l’église, photo fin 19e siècle, Crédit A.P Duroudier

Concernant le mobilier, les différents objets forment un ensemble plutôt homogène, typique du style néogothique. L’orgue, conçu selon les règles de ce courant en 1902,  a été classé Monument historique en 1987. Des statues et objets proviennent également de l’ancienne église Sainte Marie-Madeleine (la chapelle castrale) tel le Christ en croix (inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques  en 1983) datant du 16ème siècle, ou encore la statue de Sainte Marguerite, classée Monument historique en 1997.

Le saviez-vous ?

L’anecdote du clocher

Sur le clocher de l’église Sainte Marie-Madeleine se trouve une galerie ouverte et quatre clochetons. Le curé Duval, avait décidé de faire sculpter par Tigeot, un sculpteur rennais, quatre chats aux angles, dans le giron de la galerie. Pourquoi cela ? L’homme, non dénué d’humour, souhaitait donner des « chats au giron » ! (Châteaugiron)

Un christ sauvé des vandales

Eglise Sainte-Marie-Madeleine Crédits Bègne Bernard www.patrimoine-regionbretagne.fr

Eglise Sainte-Marie-Madeleine Crédit Bègne Bernard www.patrimoine-regionbretagne.fr

Le Christ en croix à l’intérieur de l’église a failli être détruit à la Révolution. Un certain Leray le sauva en donnant aux pillards une ou deux cordes de bois à la place, et il le cacha jusqu’à la fin de la Révolution.

Map Aller là-bas